Aujourd’hui, on tutorise…

Le sac à tricot ! Merci pour vos retours positifs sur cette création. Elle a donné des envies de couture-cadeau à certaines d’entre vous… Comme vous le verrez, la réalisation de celle-ci est aisée. On se décontracte donc et on démarre avec le sourire…

On sort ses plus belles craies et ses meilleurs ciseaux. Le sac à tricot, même s’il est rond comme une queue de pelle, commence par des rectangles. C’est comme ça. Il suffit de se rappeler ses cours de maths de primaires ou d’en demander la raison à un de ses enfants en âge d’être encore intelligent.

 

On découpe un premier rectangle (R1)  de 40 cm de hauteur et de 90 cm de longueur dans un tissu que l’on aime bien. Et comme c’est notre rectangle préféré, on le redécoupe dans un tissu de doublure assorti (R1′). Et on rebelote l’affaire avec un rectangle de Vlieseline épaisse que l’on encollera avec le R1 afin de le molletonner. Il adore ça !

Comme on a déjà découpé trois rectangles, on n’a pas peur de ceux qui vont suivre : c’est en effet le grand moment du R2 qui est un peu le petit frère du R1 puisqu’il mesure 27 cm de haut et 90 cm de long. On ne l’entoile pas, ni lui ni le rectangle suivant (R3) qui, avec ses 14 cm de haut et ses 90 cm de long, a encore un peu de lait caillé derrière les oreilles.

wp-image-455287342jpg.jpg

A ce stade, vous avez découpé cinq rectangles :

R1 (fuschia) – R1 ‘ et la Vlieseline molletonnée : 40 X 90 cm

R2 (petits pois roses): 27 X 90 cm

R3 (gros pois oranges) : 14 X 90 cm

C’est le moment de garnir avec un biais, un galon, un ruban,… le bord de l’Elu, voire de customiser la surface d’un ou de plusieurs rectangles. Soyons fous. Repliez le bord de ceux qui n’auront pas eu ce privilège  et piquez l’ourlet ainsi créé.

 

Un R4 (10 cm de haut, 54 de long) va s’ajouter à la série  : il interprétera l’anse du sac. Lui aussi aura besoin de Vlieseline moletonnée et d’une doublure (R4′) pour les cascades.

Ces trois nouveaux rectangles sont les derniers rejetons de la famille. Vous pouvez souffler.

Après cette petite pause, on va s’attaquer aux ronds du sac : les O1 et O1’ et leur copine la Vlieseline vont rendre la forme au sac qui, jusqu’à présent, se sentait raplapla.wp-image-971923621jpg.jpg

Les trois ronds ont la même dimension : 29 cm de diamètre. Pour ceux et celles qui auraient décidé dans un acte de totale rébellion de modifier les mesures ici données, je vous renvoie à la petite vidéo qui m’a aidée à me rappeler du calcul à réaliser pour obtenir le diamètre de mon cercle à partir de la circonférence 

Vous pouvez maintenant ranger vos craies, vos ciseaux et vos calculatrices ; on passe à la couture. On va tout d’abord assembler les rectangles :

R3 va se positionner sur R2 qui  va se coucher sur R1.

Il s’agit à présent et parce que c’est un peu le but du sac de créer les espaces qui vont recevoir les aiguilles et le petit matériel de tricot. On va donc piquer à intervalles de 1 , 1,5, 2, 2,5, 3, 3, 5 cm des gouttières qui vont partir du dessus du R2 et arriver en bas du R2 voire du R3. Ces tubes seront répartis au choix sur la surface des R2 et R3.

En effet, si vous voulez que votre sac accueille par exemple des paires de ciseaux ou un mètre-ruban, vous pouvez créer des poches plus larges sur R3 en ne poursuivant pas la gouttière sur celui-ci comme montré dans l’exemple ci-dessous :

wp-image-1976901121jpg.jpgIci on a soulevé le tissu de R3 et cousu jusqu’en bas de R2 pendant qu’il ne regardait pas. On a raccroché R3 à la gouttière suivante et on ne lui a pas raconté tout ce qu’on avait dit sur son dos pendant son absence.

La difficulté de l’entreprise réside sans doute dans le fait de réaliser des espaces bien parallèles. N’hésitez pas à ressortir votre craie et à tracer vos lignes avant de piquer. Pour celles et ceux qui ont longtemps cherché l’utilité de leur cours de géométrie, vous allez être comblés !

N’oubliez pas de consacrer 1 cm des extrémités des rectangles aux valeurs de couture ! Une fois vos poches (enfin ! ) constituées, vous pourrez assembler ces deux derniers espaces pour créer le cylindre extérieur de votre sac.

On va à présent s’occuper de l’intérieur de votre ouvrage. A nouveau, laissez parler vos besoins en termes de poches, élastiques, ou toute autre fantaisie propre à votre organisation. On ne vous dira rien, c’est votre espace complètement privé ! Assemblez les deux extrémités de R1′ en piquant à 1 cm des bords. Et tant que vous êtes dans l’élan, assemblez également les deux disques (O1 et O1′) aux bas des deux cylindres. C’est une bonne chose de faite.

On va maintenant procéder à l’union éternelle du sac et de sa doublure en les glissant l’un dans l’autre, envers contre envers. C’est le moment de sortir votre sangle qui se lamentait dans un coin, comme toujours. Insérez-la pour qu’elle se taise entre le sac et la doublure. Vous ferez attention à ce que ses deux extrémités se fassent face, sinon elle va encore râler.

wp-image-467226178jpg.jpg

Repliez les bords de R1 et de la doublure R1′ de 1 cm vers l’intérieur. Ces deux petits bords se retrouvent endroit contre endroit : ils sont prêts à être surpiqués. Avec la sangle si vous voulez éviter une scène !!!

Si tout s’est bien passé, votre sac est terminé… C’est le moment de le prendre en photo et de le poster sur vos réseaux sociaux pour que l’on puisse l’admirer. Si ce n’est pas le cas, n’hésitez pas à poser toutes les questions qui vous préoccupent en commentaire…

Ceci est mon premier tutoriel. Il comporte sans doute les imperfections qui en font son charme… Il est bon de rappeler qu’il a été largement inspiré de modèles existants et reproduit de façon propre, selon les techniques avec lesquelles je suis familière… Et vous quelles ont été vos astuces ?

 

 

Aujourd’hui, on s’organise !

Partir en tricot, c’est cadencer la laine et les aiguilles. C’est monter à l’offensive des mailles. Cela s’organise ! Cette semaine, l’Amie-qui-rend-tout-propre m’a proposé la réalisation d’un sac de rangement tout pétillant comme il faut pour mettre ses aiguilles au garde à vous. 

Son choix s’est rapidement porté sur le modèle détaillé sur le  blog de Domi qui regorge d’ailleurs d’idées très pratiques comme ces petites pochettes complémentaires pour ranger les ustensiles collatéraux…

Et vous, comment organisez-vous vos campagnes de tricotage ? 

Tissus : miche-mache de fuschia, de Petit Pan et et de Mickael Miller pour l’endroit…

Et intérieur bicolore pour garder l’énergie des couleurs…

Aujourd’hui, on attend…

Hop-hop-hop : une seconde Trendy ethnique chic réalisée selon les désirs de Ma Petite Soeur Petite Maman pour envelopper son bébé-bidou…

Pas de ceinture cette fois-ci : on laisse librement la magnifique laine texturée de chez Cousette vivre sa vie. Et on compte sur un élégant virevoltage pour dévoiler son complice, un Wax ramené tout droit du Sénégal par l’Amie Jolie. 

Question fermeture, on opte finalement pour des boutons recouverts et une boutonnière brodée à la main. 

Quand on aime, on ne compte pas. Et on espère que la Petite Maman profitera bien de sa cape, parce que les prochaines coutures viseront un modèle réduit…

Aujourd’hui, on est musicale…

Ah oui ! On aime ce genre de films qui résonne d’autres musiques que les coups de flingues ! Qui éclaire et colore pour quelques heures le morose anthracite. Qui répond avec élégance à ses objectifs hollywoodiens pur jus, pur jazz. Qui parle d’amour, mais pour de vrai parce que l’amour c’est aussi un petit drame joyeux. Qui parle d’un possible et puis d’un autre. Qui chante. Qui danse. Qui claquette. Qui réplique. Qui rit et qui pleure un peu aussi. Où rien n’est triste, c’est juste comme ça. Et puis qui repart.À 1, et 2, et 1, 2, 3…

Aujourd’hui on attend le Loup…

Red dingue de cette Trendy écarlate ! Elle affiche un chic absolu, même par un vendredi pluvieux…

Elle plaque un sourire aux lèvres de ceux qui la croisent. Le Girly Chaperon plait à la ville comme dans la forêt !  Elle s’accessoirise aisément : un pot de beurre (salé au caramel), des gaufres « à la pâte »ou mieux encore une bouteille de rouge. Tiens-toi prêt, le Loup !

Trendy Cape de Vanessa Pouzet aisément accessible aux chaperons débutants. 

Tissu : magnifique anonyme de chez Stoff.be (Arlon) ; Petit Pan de chez Talent Créatif (Longwy)

Aujourd’hui, on s’emmitoufle !

Une folle envie de me remettre au tricot suite à la découverte dans mon magasin de laine préféré de l’ouvrage de Bérangère de L’Ile aux fils, tricot premiers pas. Ou comment repartir sur de bonnes bases quand on est une totale autodidacte débrouillarde qui en a un peu marre du charme trop visible de l’artisanat…

 

wp-1483882292941

L’envie également de s’amuser avec d’autres points que le mousse ou le jersey qui sont parfaits pour les soirées petite mamy durant lesquelles la pelote se dévide au rythme du cliquetis des aiguilles et des blablas de la télévision. Les ouvrages de Bérangère demandent tout de même un minimum de concentration, ce qui amène à garder un oeil ouvert sur l’ouvrage et une oreille concentrée sur les dialogues du film en cours. Et permettent également une analyse critique de certains dialogues qui, sans l’image, s’appauvrissent terriblement.

J’en profite également pour vous montrer un des cadeaux du Gentil-Mari porteur du casque en arrière-plan qui accepte mon côté ancestral et le récompense avec cette Bible du tricot, histoire d’encourager mon engouement et d’éviter sans doute jurons et effondrements lorsque le résultat est loin, très loin, de celui escompté.

 

wp-1483882252404.jpg

La Bible du tricot de chez Hachette. 

 

Petite note au passage, il fut lui-même régalé par les Cuberdons Léopold, une tuerie sucrée, de vraiment trop courte durée.

Je me suis donc, pendant quelques soirées, confrontée au point de grain d’orme, en prenant bien le temps de suivre les conseils de mes deux livres de référence, échantillon et blocage compris. Le point de grain d’orme, c’est ce joli petit dessin que l’on obtient en réalisant un jeté toutes les deux mailles envers. Le plaisir de cette Bible, c’est aussi de pouvoir augmenter son lexique-tricot et de mettre un bout d’aiguille dans la sphère des tricoteuses de talent.

wp-1483882274595.jpg

 

 

J’avoue choisir trop souvent des modèles qui ne demandent pas d’assemblage car cette étape m’a toujours procuré suées et exaspérations : évidemment, ce n’est pas la partie la plus amusante, elle m’a pris une bonne partie d’une matinée dominicale, nombreuses pauses comprises.

Mais en définitive, je suis assez contente du résultat. La Jolie Demoiselle à qui ce poncho revient aussi. Ouf !

wp-1483882306005.jpg

Poncho réalisé en Llama écru d’Adriafil

 

Une belle manière de rentabiliser les écheveaux restant d’un précédent ouvrage porté avec toujours autant de plaisir. Une jolie laine, butin des soldes de janvier 2015, tricotée jusqu’à la dernière mèche.

wp-1483882194840.jpg

Aujourd’hui, on est confortable !

Ah ça, on en a profité de ces premières journées de l’an neuf ! Promenades piquantes au soleil – oh, il reste un croissant du petit déj’ – balades campagnardes – me ferais bien un smoothie banana, tiens – exploration des premières neiges belges – pas mal, la cioccolata… Bref. Quelques gourmandises toniques qui de fil en aiguille entraînent l’absolue nécessité de coudre un modèle adapté aux nouvelles normes morphologiques de ce début de janvier.

Pour cette raison et pour bien d’autres, comme l’envie de se complaire dans une aisance élégante et douillette  ou le refus de se livrer à un corps à corps étriqué dès la reprise du boulot, pensons Confortable…

LE modèle incontournable de mlm patrons qui ne propose que des vêtements faciles à coudre et faciles à vivre.

confortable

Un petit tour sur le blog de Marisa et ses conseils de réalisation pendant la cuisson d’une fournée de muffins ; zieutage de quelques productions de copines-couseuses en sirotant un jus d’oranges pressées… Conceptualisation mentale : il y a justement un petit matelassé de Camillette Création qui attend son heure dans ma caverne aux tissus. Temps de réalisation estimé : 1h30.

Et comme de fait.

20170106_173025

Le Confortable by ellesepiqualedoigt ; tissu matelassé de Camillette Création « le pic du soir très tard »

 

Simple, facile, efficace. On a juste rétréci les valeurs de couture, comme proposé par Marisa, pour un effet un peu plus soutenu. Parce que bon, on a encore un peu de place tout de même ! D’ailleurs, je vous laisse : je m’en vais jeter un sort à la galette des rois !

 

20170106_172803-copie