Aujourd’hui, on se rode…

Héhéhé ! Vive la rentrée… Les petits déjs un oeil sur le chrono, l’autre encore fermé sur la nuit.

Organisée j’avais dit. Au point de démarrer, pleine d’énergie, un bullet journal délaissé au bout d’une semaine par manque de conviction et d’idées pour créer les listes d’idées.

Retour serein donc aux bonnes vieilles habitudes qui, si elles ne sont pas efficaces, ont la vie si dure qu’elles ne cèdent pas facilement.
On marche, on coud, on nage… On met le portable en sommeil prolongé pour préserver les indispensables instants sans sollicitations.

On prend soin de soi, des autres ; on célèbre l’indétronable apéro du vendredi. On savoure les rires des collègues qui me font aimer mon métier. 

Et  vous, comment vivez-vous ce mois de septembre ? 

Couture : Burda facile of the month.  Top manches longues.

Publicités

Aujourd’hui, on a survécu ! 

Ouiiiiiiiiii ! C’est la rentrée. Au cas où on l’aurait oubliée. Un peu comme une grippe chronique qui nous tomberait sur le râble chaque hiver. Et cette impression que toute joie prend fin. Terminées les mojitos-terrasses et barbecues-party, les longues heures de farniente-lecture-transat… On dit adieu aux longs débats mettant dos à dos Chasseurs de Pokemon et  Pacifistes de la traque. On redevient sérieux. Et on range dans la garde-robe son burkini ou son stringkini.

La rentrée, c’est un peu comme le Nouvel An : on a des intentions toutes fraiches qui sentent bon le papier voire le cuir neuf. On se re-chausse, re-vêt, re-maquille. Même la cour d’école de la Jolie Demoiselle y va de ses nouvelles peintures. C’est joli. 

Bon. Je le confesse. Je suis rentrée hier. Et le soir j’ai bu un verre de vin en short en lisant un roman qui sent encore le soleil. J’ai même ri. Et je n’ai recouvert aucun bouquin. Ce comportement fait-il de moi une rebelle du stress ambiant ?