Aujourd’hui, on fait le point#2

2018 et moi, on a fricoté tendrement question écriture. Pas de grandes envolées romantiques, non. Du réel , tellement concret que petit à petit on s’est unis officiellement. Après quelques mois de questionnements, on s’est dit que ce serait chic et cool de pouvoir vivre de notre passion.

C’est donc en juillet que Elle se piqua le doigt est devenu une toute mignonne très petite entreprise active dans les domaines de l’écriture, de la couture et de l’improvisation théâtrale.

Les lundis soirs sont désormais consacrés à l’écriture sous forme d’ateliers où l’on se retrouve pour plumeter de manière complètement décomplexée. Les thématiques s’enchaînent, suivant les saisons ou les envies des participants. Un belle parenthèse, ces rendez-vous hebdomadaires… Reprise le 7 janvier !!!

http://www.ateliergaumais.be/index.php/atelier

Publicités

Aujourd’hui, on fait le point#1

Bilan oblige, on se retourne vers ces quatre années d’articolages pas si intempestifs puisque manifestement Elle se piqua prend le temps… ET POURTANT, ce n’est pas faute de faire le plein d’activités selon les blablas catégorisés.

Des lectures, il y en a eu. Et des bonnes, même. Parmi les meilleurs ouvrages qui ont accompagné 2018, on veut souligner « Quand sort la recluse » de Fred Vargas, « Les couleurs de l’incendie » de Pierre Lemaître, « Une femme que j’aimais » d’Armel Job, « Je, François Villon » de Jean Teulé, « Ariane » de Myriam Leroy, « L’affaire Mayerling » de Bernard Quirny et bien entendu la bande dessinée « Les vieux fourneaux » de Cauuet et Lupano.

Elles ont accompagné le froid, l’été brûlant, les séances d’attente, un voyage en Italie, un week-end de repos et une grippe.

Et vous, qu’avez-vous lu cette année ?