Aujourd’hui, on est prodigieuse ! 

Il y a des pauses qui marquent ! C’est le cas de ma dernière envolée d’un mois et demi de lecture.

Lors de notre dernier échange téléphonique, l’Ami qui décidément habite trop loin m’a proposé la tétralogie de l’intrigante Elena Ferrante. Je pense que tu aimeras, m’a-t-il dit. Et j’ai aimé. Et j’ai lu. 

D’abord l’Amie Prodigieuse qui nous envoie dans le Naples des années cinquante où deux gamines d’un quartier pauvre de la ville tissent les liens d’une amitié déterminante. Le fond de l’histoire invite évidemment au voyage dans l’Italie du Sud, où les hommes et les femmes survivent brutalement. Mais ce sont surtout les portraits enchaînés, la trame des anecdotes, l’entrelas des relations qui nous aspirent au sein des lieux et de l’action, plus que tout autre description.

La Storia del nuovo cognome, ensuite. La langue porte haut les discussions entre les protagonistes. Ça débat, ça échange . Des idées, des coups aussi, parfois. Mais l’amitié reste malgré tout. Et la lecture, en italien cette fois, prend un rythme plus lent, plus savoureux.

Elle s’ouvre à l’ouverture du troisième volume sur le tournant du mai 68 parisien et ses répercussions culturelles dans les grandes villes du nord de l’Italie.

Si l’on s’éloigne du cocon étouffant du quartier d’origine des deux protagonistes, on sait, on sent que l’on y retournera. Car les secousses de l’une sont intimement liées aux bouleversements de l’autre. Et l’amitié aux liens élastiques se modifie, rejette le passé, intègre le présent.

Reste à découvrir le quatrième et dernier opus, la Storia della bambina perduta, sans doute aux portes de l’été…

Publicités

Aujourd’hui, on est musicale…

Ah oui ! On aime ce genre de films qui résonne d’autres musiques que les coups de flingues ! Qui éclaire et colore pour quelques heures le morose anthracite. Qui répond avec élégance à ses objectifs hollywoodiens pur jus, pur jazz. Qui parle d’amour, mais pour de vrai parce que l’amour c’est aussi un petit drame joyeux. Qui parle d’un possible et puis d’un autre. Qui chante. Qui danse. Qui claquette. Qui réplique. Qui rit et qui pleure un peu aussi. Où rien n’est triste, c’est juste comme ça. Et puis qui repart.À 1, et 2, et 1, 2, 3…

Aujourd’hui, on décape ! 

À nous tous, je nous souhaite l’envie chaque matin de nous lever pour en découdre avec le jour, avec bienveillance, amour et repect.

Je nous souhaite des matins combattifs, des soirées romantiques. Et pour reprendre mots de Tonino Benacquista, je nous souhaite de vivre nos journées sans crainte de nous exposer, de préférer au besoin la confrontation à l’évitement et la tentation à l’excès de prudence. 

Belle année ! 

Aujourd’hui, on est romanesque…

Tombée par hasard sur ce dernier roman de Tonino Benacquista… 

On pensait renouer avec l’atmosphère sauce tomate des Malavita : on avait donc classé l’auteur au rayon des légèretés à siroter à l’ombre d’un feu de bois. Décontraction.
Surprise. Deux amants fuient. Ils s’arrêtent néanmoins pour assister, contraints, à une pièce de théâtre, les Mariés malgré eux.

Mise en abime. La pièce raconte l’histoire de deux amants maudits, séparés par la force du Destin. Une histoire dans l’histoire, une imbrication à laquelle on avait déjà goûté, en apéritif, dans un précédent roman (Malavita). Un procédé ici pleinement exploité qui bâtit l’intrigue de ce récit gorgé de rebondissements.

On se délecte. C’est bien écrit. Bien pensé et ça pousse même juste ce qu’il faut à la réflexion. 
Tonino Benacquista, Romanesque, Gallimard, 2016

Aujourd’hui, on chante…

Aucune fausse note dans cette Chanson douce de Leila Slimani. Dès le premier couplet, on sait. Que le Loup est venu. Et qu’il a mangé les enfants.
Pas de chasseur au dernier et juste moment. Aucune moralité non plus. La réalité crue dans ce qu’elle a de plus dur. Et une lecture sans répit où chaque geste, chaque parole est perçue à travers le prisme de ce que l’on aurait voulu déceler. Si cela avait possible. En vain.

Les pulsions humaines désanimalisent les plus grands des prédateurs jusqu’à l’incompréhensible. Car quand la faim justifie la poursuite des plus faibles ; la jalousie et la possessivité, sombres perversités, poussent au meurtre des plus innocents.

Aujourd’hui, on est culottée ! 

On avait évoqué, dans un précédent article, la Page Blanche de Pénélope Bagieu et le portrait décomposé-recomposé d’Éloïse Pinson en mal de souvenirs… On se penche aujourd’hui sur le botin mondain de la même auteure.

Et il y a du beau monde dans ses Culottées ! Des femmes remarquables, intelligentes, talentueuses à de multiples égards, de qui Pénélope Bagieu illustre le destin à coups de dessins.

Publiés sur le blog du Monde, ses billets sont à présent réunis en un volume, et bientôt deux, récemment sorti chez Gallimard.

On aime particulièrement le portrait de France Glessner Lee qui, de ses mains habiles, réécrit la lecture des scènes de crimes en miniaturisant celles-ci pour les étudiants légistes. Quand la dextérité côtoie la réflexion…

À elle, et à vous mesdames, je tire ma culotte!

Patron : Ottobre enfants du mois. 

Chutes : Paapii (l’Autre Mercerie) et un anonyme du Marché aux tissus de Luxembourg.

Aujourd’hui, on est posé !

Je vous avoue que j’aime ce petit temps vieillot qui donne des envies de mandarines et de chocolat. Les godillots neufs de septembre ont pris leurs premières flaques et on s’y sent beaucoup plus à l’aise. On s’y est fait. L’enthousiasme du départ est retombé, on laisse de côté les bonnes résolutions pour reprendre les bonnes habitudes et tout va pour le mieux. 

On a des envies de pauses et de culture. On crée un cercle de lecture avec l’Amie-pour-longtemps . On partage l’intime, ou l’indicible.

http://www.babelio.com/liste/4992/la-page-blanche-en-litterature

Photographie : http://blog.muze.fr/2012/03/05/du-cote-de-la-bd

On se rend au théâtre. On prend la réalité en face, toute crue. On trouve les mots pour dire l’émotion. On prolonge la réflexion aussi.

http://compagnie-hamadi.tumblr.com
On se fait plaisir. On récolte les petits projets en semaille et on savoure, on savoure, on savoure. Et vous, comment se passe votre mois d’octobre ?